Blog

Follow the Data Podcast: Night of Solidarity – Special Episode in French

The city of Paris conducted its second annual homelessness count in February 2019.

Approximately 2,000 people responded to the call for volunteers to conduct the surveys, which take place on the streets of Paris over the course of one night. The city had more volunteers than positions to fill on the count, so the city capitalized by coordinating with shelters with community associations to put volunteers to work.

Bloomberg Associates is a philanthropic consultancy that works with cities across the world, and has enjoyed a fruitful engagement with the city of Paris. Bloomberg Associates has worked with Mexico City, Bogotá and Athens to employ best practices to develop their own homeless population counts.

“You count because you want to change. It’s not just an intellectual exercise. You want to feed that information into the collaborative network to spur new thinking about what it takes to get people off the street.”

– Linda Gibbs, Bloomberg Associates, Principal, Social Services team

In this episode, Mariama N’Diaye of the Bloomberg Associates social services team spoke to Dominique Versini, Deputy Mayor in charge of solidarity, families, childcare, child protection services, fight against poverty, and seniors, for the city of Paris. They discuss the importance of volunteers, community support, and data.

This conversation is in French. The English translation of their conversation is below.

You can hear the podcast and past episodes in the following ways:

We hope you enjoy this episode. Follow us on Twitter @BloombergDotOrg for information about our next episode. Until then, keep following the data!

FULL TRANSCRIPT – ENGLISH

Katherine Oliver: Welcome to a special episode of Follow the Data.

Bloomberg Associates, the international, philanthropic consulting arm of Bloomberg Philanthropies, works with city governments across the world. To illustrate the international nature of our work, the following conversation will be in French.

Mariama N’Diaye of the Bloomberg Associates social services team spoke to the Deputy Mayor of Paris, Dominique Versini about “La Nuit de la Solidarité the second annual survey of homelessness of the city of Paris.

The transcript of their conversation is available in English – to learn more, visit bloomberg.org. Listen now!

Mariama N’Diaye: Welcome to Follow the Data.

This week, we’re featuring a conversation in French, about efforts in the city of Paris, to combat homelessness. I am Mariama N’Diaye, of the Bloomberg Associates social services team, and I spoke to Deputy Mayor Dominique Versini about La Nuit de la Solidarité – an overnight survey collected of homeless in the city.

The city of Paris organized its second annual homelessness survey, which requires hundreds of volunteers to blanket the city and collect information about where people are living, who is on the street, and why. A huge number of Parisians turned out for the second year to volunteer for the count, suggesting citizens interest in the issue and desire to get involved.

Data is essential to tackling homelessness, and surveys collected by volunteers during these counts help the city develop strategies to face the problem. Listen to our conversation now.

Thank you, Mrs. Versini for joining us today. I want to take a few moments today to talk about the ‘Solidarity Night’ and if I can begin, I want to begin with this question of solidarity. So why did the city of Paris decide to count the number of homeless?

Dominique Versini : Well, the city of Paris decided to count the number of people living in the street after my trip to New York at the time, with the Bloomberg team, you allowed me to discover the ‘counting’ you are doing in New York and everything that was also done in other American cities. And I talked to the mayor of Paris about it, who found that it was a very, very good method, and that we were going to do the same thing in Paris. We called it ‘Solidarity Night’.

N’Diaye: And what is the relationship with the counting and the ‘Parisian Pact’?

Versini: So, the Parisian Pact is our strategy for six years from the time when we were elected to head the city of Paris by its inhabitants. The Parisian Pact is our method to meet the homeless where they are at. To prevent people who have housing from finding themselves on the street. And in order to provide shelter as best as possible to those who are on the street. And to bring in people from the street in order to enable them to find housing and a job.

Yes on the counting as you say, so it is a method that you have put into place in the United States, that we find very interesting, that did not exist in France at all until now, until last year. So it is a matter of counting the number of people who are on the street overnight. And so we did that in 2018, in 2019 one year later. Which is going to allow us to compare the differences from one year to the other.

N’Diaye: And after all of the planning can you describe to us your experience during the counting in 2018 and also this year?

Versini: Listen, it is an extraordinary experience. Since, for the first time, the city of Paris, all of the twenty districts of the city of Paris were broken down into 353 sectors. And teams composed of professionals and volunteers from Paris walked for a large part of the night in order to be able to see whether there were people who were sleeping on the street on that night and who did not have other solutions for the night. And it is an absolutely extraordinary experience because it also makes it possible to present to them a questionnaire. If they are very willing to respond. In order to know more about the problems of people who are on the street. Why are they on the street? Did they call the telephone number that makes it possible to get shelter? What were they told? Are they young? How old are they? Is it a man, is it a woman? That is all.

N’Diaye: And I hear that you are talking about volunteers, mayors of the districts and also the mayor’s role. So what was the role of the mayor of Paris? And the mayors of the districts in the counting?

Versini: The role of the mayor of Paris was essential. It is a critical role since she decided that we were going to set up the counting of the people who are homeless. And we proposed to all associations, to the state, and to the partners, for example the metro- the entity that manages the metro, the entity that manages the railway stations, the entity that manages the hospitals. To be able to become our partners in order to be able to also go in addition to the 353 sectors of the streets of Paris, also to go into all of railways stations in Paris, into all of the metro stations, into the 15 emergency rooms of the 15 hospitals in Paris. That is all, but also this year we expanded to some forests and also to new sectors that we did not do last year. Which made it possible for us to find people who were invisible and who became visible.

N’Diaye: Why did you expand into new sectors this year?

Versini: Yes. Because last year, in 2018, we did the streets of Paris. 353 sectors in Paris, every place where there were streets. And this year we wanted to expand to spaces, for example parks and gardens, last year we were not in the parks and gardens and so this year we wanted to find out how many people were in the parks and gardens. In addition, there are places, small forests, or spaces on the edge of what we call the peripheral highway where there are people who are not visible like that at first glance who live on the street.

N’Diaye: What was the role of residents, volunteers in the counting?

Versini: Oh well, the role of residents, of male and female volunteers from Paris was very important for the counting. We call them solidarity volunteers. When we launched the call to get volunteers for the solidarity night about two thousand people responded. At the same time Parisian volunteers, who are Parisians, simply those living here. And then 400 professionals who are Parisians but who are professionals in the social sector.

And what is very important is that these Parisians participated in the teams with the social professionals to go before the homeless in the streets of Paris to count them, to fill out questionnaires. And it is very important because that enables Parisians to have better knowledge of people who are on the streets of Paris. That also makes it possible to analyze the situation of these people. And that also makes it possible to train Parisian volunteers. We trained them all before leaving for the ‘Solidarity Night’.

N’Diaye: 2,000 Parisian inhabitants, that’s a lot of people. Does that surprise you?

Versini: Oh, yes. The first year it was a good surprise to find out that there were so many people who wanted to do the ‘Solidarity Night’. And then the second year there were even more people who wanted to participate to support the homeless.

But there were many more people who wanted to join that there was no room for them to. But for that we organized solidarity activities in the shelter centers for the homeless with the associations. And that way they could meet homeless people hosted in the centers and social professionals. And so any volunteers that wanted to come to spend the night in the street could do it in the shelter centers and gain a better understanding of the life, the journey of the homeless.

N’Diaye: And what was the reaction of the volunteers after the solidarity night?

Versini: Oh well the volunteers after the solidarity night at first they took this mission very seriously. And they requested that we train them to be able to become involved as volunteers with the homeless. And that is why we started training for volunteers in a place called ‘The Solidarity Factory’. And we set up training sessions to allow them to meet with the homeless in their daily lives, to be able to help them, guide them and to know how to undertake this, what words to use, and what solutions to offer them.

GAEL ROGEAUX SPEAKS TO JEAN-LOUIS IN FRENCH

N’Diaye: And does the solidarity factory show you something about the Parisian community?

Versini: Oh yes. ‘The Solidarity Factory’ is really a marker of the Parisian community. Parisians have a lot of solidarity. They like to be engaged in social causes. In Paris we have a population that has a great diversity of people from everywhere, of every origin, of all ages. And there is great solidarity with persons living on the street. Whether it is people “Without Fixed Homes” or migrants. Because we have many migrants in Paris.

N’Diaye: And now I want to talk about the methodology and the data. How do you teach volunteers to collect data correctly?

Versini: Yes when volunteers have training which is very complete where we prepare them for ‘Solidarity Night’, we explain to them who the homeless are. We give them the questionnaire. We explain to them everything that is in the questionnaire. We explain to them how, that is, the importance of asking questions, how to ask them, and they do that very, very seriously.

N’Diaye: Is it on the same day as the solidarity night?

Versini: There are several things. There are people who were volunteers who were trained by the ‘Solidarity Factory’. For example one week before the ‘Solidarity Night’. There are professionals who were trained a few days earlier. Because it is not the same responsibility to be a team head and to simply be a volunteer assisting the team head. And then the Parisian volunteers were trained on the same day before the teams left in the night in the streets of Paris.

N’Diaye: Okay. And what do the data tell us about homelessness in Paris?

Versini: Well the data indicates many things to us about ‘Homelessness’ in Paris. First it is necessary to know that throughout the year there are 21,500 places in Paris. Open permanently for 21,500 people, male or female. And that they are all occupied. That on the evening of the solidarity night there were more places because it was winter so it was approximately 24,450 places. And that despite it all we found 3,622 people we met and counted. Then last year it was About 3,000 people. So that makes 600 more people. But is necessary to know that compared to last year we opened an additional 2,500 with the state. So when I tell you that there are 3,622 people on the night of February 7 in Paris, if we want to compare to the previous years, in reality the number remained about the same because we opened 2,500 more places.

N’Diaye: How is the city of Paris using this data for this year?

Versini: So, first we use this data, this counting method to better guide our public policies. Thus, what the first ‘Solidarity Night’ showed in 2018, was that there were many women. A significant increase of street women. 12% of the women were street women. And that these women did not want to go into the regular shelter centers, which are mixed centers with men and women. They want to have places for women only.

And so that caused us to open several shelter centers for homeless women. In addition, the women requested to shower for example in Paris there are showers, places where it is possible to wash oneself in almost every district. But they are mixed places. To be clear, there is a part for men and a part for women. And the women do not want to go there. So starting in March we will open a hygiene place for women where they can shower, have beauty treatments, have massages by a physical therapist in a center that will be reserved only for women.

N’Diaye: And the night stops, is this the first time it exists in Paris or not?

Versini: Yes, I also wanted to say that we had opened the night stops. Because we saw that in each neighborhood there are people who absolutely do not leave a specific neighborhood. And that if we offer them a shelter center at the other end of Paris they do not want to go there. And so we opened resting places, nine resting places. In other words, a place where the homeless person can come to stay, to rest. It is not a shelter center but a place where the person can stay, rest, eat a bowl of soup, drink a cup of coffee, and leave in the morning. Yes it is the first time that we are creating night stops, yes. Because it is a resting place. It is a place where a person comes for the night. And a person can leave at any time in the night. No one is forced to sleep. A person also can sit in an armchair and rest.

N’Diaye: And I want to just talk about the changes in the methodology. Are there other things that have changed in the methodology?

Versini: No there was no change in the methodology. We simply added some new sectors. We shortened the questionnaire a little because it proved to be too long. So that’s it, it is the same questionnaire but it is shorter. And we still have the same scientific advisory committee. In other words with the researchers, etc., who can enable us to analyze the population found. And to make comparisons between 2018 and 2019. And they are currently working on that.

N’Diaye: And the scientific committee. Is that for each year or just for the first count?

Versini: No, the scientific committee is for every year. After, at the time of each ‘Solidarity Night’, we have the scientific advisory committee who helps to place the methodology, to prepare the methodology, to look at how the questionnaires are going, etc. And then they work on analyzing the figures to understand how many youths, do the people they met with need follow-up with social assistance, do they have health problems, are they elderly, are they women, are there any families, do they have dogs, that is all. They really do a very interesting analysis.

Because that made it possible to show last year that there were really neighborhoods in Paris where there is a population, for example, that is somewhat very young. That there are also neighborhoods where there are people who have been in Paris for a long time. That there are neighborhoods where there are people who really use the social services and health services. So it is very interesting because that really shows us that there are people who are very different depending on the districts.

N’Diaye: For you what is the future of the counting and also of the solidarity factory?

Versini: So ‘Solidarity Night’ first, so there we are soon going to have the qualitative analysis of the questionnaires. And based on that, the mayor of Paris will make commitments. Since for us it is a tool to manage our public policy towards the homeless. Then, we have, there are other cities in France that have done a ‘Solidarity Night’. The city of Metz did it last year. This year there was the city of Grenoble. This week there is the city of Rennes in Brittany. And I am going to go to participate in the solidarity night in Rennes.

And there are other cities that are interested. But what we would like next year, is to do a European or international ‘Solidarity Night’ with large cities that like us are wondering about the best way to learn about the homeless. The best way to prepare public policies directed at this population.

N’Diaye: Thank you for that. What is the future of the solidarity factory?

Versini: Oh well the future of the Solidarity Factory and well I hope that it will have a good future because it is the place that makes it possible to welcome all volunteers, solidarity volunteers. To inform them. Also to enable them, because Parisians, like all inhabitants, I think, everywhere, have ideas to help the homeless in their neighborhood. And our objective is to make it possible to assist Parisians to conduct their projects for the homeless.

Also, the solidarity factory that will be a place that is very strong on culture. Because culture is very important for those living on the street. And that will be a cultural place for the homeless, with the homeless, focused on the homeless. We are going to reflect, continue to work and improve our policy directed at the homeless.

N’Diaye: Thank you, Mrs. Versini for taking the time today. If you have something you would like to say, now is the right time?

Versini: Thank you very much. See you soon. Thank you to the entire Bloomberg team.

Oliver: We hope you enjoyed this episode of Follow the Data. Many thanks to Deputy Mayor Versini for joining us.

If you haven’t already, be sure to subscribe to Follow the Data podcast. This episode was produced by Mariama N’Diaye, Electra Colevas, Tamiru Mammo, Gael Rougeux and Emily Mayrath. Special thanks to Reginald Bazile.

FULL TRANSCRIPT – FRENCH

Mariama N’Diaye: Bienvenue à Suivez les Données.

Cette semaine, nous parlons en français sur l’effort de la Ville de Paris de combattre le sans-abrisme. Je m’appelle Mariama N’Diaye et je travaille avec Bloomberg Associates, l’équipe de Services Sociaux. Cette semaine je parle avec le maire adjoint Dominique Versini sur La Nuit de la Solidarité. Ça cette une nuit chaque année qui les gens faites un recensement de sans-abrisme dans la rue de Paris.

La ville de paris a organisé la deuxième fois de cette recensement avec l’aide de nombreux bénévoles qui traversent la rue et collectent des données sur le sans-abrisme, et les questions c’est comme qui habite d’où, combien de temps quelqu’un a habité dans la rue, et aussi des besoins de sans-abrisme.

Il y a milliards des Parisiens que ça vais aider ça, et ça montre quelque chose de la culture de Paris, le moyen que les résidents de Paris veulent participer et aider les gens qui habitent dans la rue. Les données c’est tellement essentiel de combattre le sans-abrisme alors le recensement, avec l’aide des bénévoles sur le compte, aide la vie de développer des stratégies pour combattre le sans-abrisme.

Alors, écoute la conversation maintenant.

N’Diaye: Merci Madame Versini de vous joindre à nous aujourd’hui. Je veux prendre quelques instants aujourd’hui pour parler de la ‘Nuit de la solidarité’ et si je peux commencer je veux commencer avec cette question de solidarité. Alors pourquoi la ville de Paris a-t-elle décidé de dénombrer les personnes en situation de rue?

Dominique Versini: Eh bien, la ville de Paris a décidé de dénombrer le nombre de personnes en situation de rue, suite à mon voyage à New York à l’occasion duquel nous avons pu, avec l’équipe de Bloomberg, découvrir le ‘counting’ que vous réalisez à New York et tout ce qui a été fait aussi dans d’autres villes américaines. Et j’en ai parlé à la Maire de Paris qui a trouvé que c’était une très très bonne méthode, et que nous allions faire la même chose sur Paris. Nous l’avons appelée ‘La nuit de la solidarité’.

N’Diaye: Et quel est le lien avec le dénombrement et le ‘Pacte Parisien’?

Versini: Alors, le Pacte Parisien c’est notre stratégie pour les six années à partir du moment où nous avons été élus à la tête de la ville de Paris par les habitants. Le Pacte Parisien c’est notre méthode pour aller au-devant des personnes en situation de rue. Pour prévenir le fait que des gens qui ont un logement se retrouvent à la rue. Et pour mettre à l’abri le mieux possible ceux qui sont dans la rue. Et pour insérer les personnes à partir de la rue pour leur permettre de trouver un logement et un travail.

Sur, le décompte, le ‘counting’ comme vous dites, il s’agit donc d’une méthode que vous avez mise en place aux Etats Unis, que nous trouvons très intéressante, qui n’existait pas en France du tout jusque-là, jusqu’à l’an dernier. Il s’agit donc de faire de décompter le nombre de personnes qui sont à la rue sur une nuit. Et nous avons fait ça donc en 2018, en 2019 à un an d’écart, ce qui va nous permettre de comparer les différences d’une année sur l’autre.

N’Diaye: Et après toute la planification pouvez-vous décrire votre expérience pendant le dénombrement en 2018 et aussi cette année?

Versini: Ecoutez, c’est une expérience extraordinaire, puisque, pour la première fois, la ville de Paris, tous les vingt arrondissements de la ville de Paris ont été découpés en 353 secteurs et des équipes composées de professionnels et de bénévoles parisiens, ont marché une grande partie de la nuit pour pouvoir voir s’il y avait des personnes qui dormaient à la rue ce soir-là et qui n’avaient pas d’autres solutions pour la nuit. Et c’est une expérience absolument extraordinaire parce que ça permet aussi de leur présenter un questionnaire, s’’ils veulent bien répondre. Pour mieux connaitre les problèmes des personnes qui sont à la rue. Pourquoi elles sont dans la rue? Est-ce qu’elles ont appelé le numéro de téléphone qui permet d’avoir un hébergement? Qu’est-ce qui leur a été dit? Est-ce qu’ils sont jeunes? Quel est leur âge? Est-ce que c’est un homme, est-ce que c’est une femme? Voilà.

N’Diaye: Et j’écoute que vous parlez des bénévoles, des mairies et aussi le rôle du maire. Alors quel était le rôle du maire de Paris? Et les mairies des arrondissements dans le dénombrement?

Versini: Le rôle de la Maire de Paris était essentiel. C’est un rôle premier puisque c’est elle qui a décidé qu’on allait mettre en place donc le décompte des personnes sans-abris. Et nous avons proposé à toutes les associations, à l’État, et aux partenaires, par exemple le métro. L’organisme qui gère le métro, l’organisme qui gère les gares, l’’organisme qui gère les hôpitaux, de pouvoir s’associer à nous pour pouvoir aller aussi en plus des 353 secteurs des rues de Paris, aller également dans toutes les gares parisiennes, dans toutes les stations de métro, dans les 15 services d’urgence des 15 hôpitaux parisiens. Voilà mais aussi cette année nous avons élargi à des bois et aussi à des nouveaux secteurs que nous n’avions pas fait l’an dernier. Ce qui nous a permis de découvrir des personnes qui étaient invisibles et qui sont devenues visibles.

N’Diaye: Pourquoi vous avez élargi en à de nouveaux secteurs cette année?

Versini: Parce que l’an dernier, en 2018, nous avons fait les rues de Paris. 353 secteurs dans Paris, partout où il y avait des rues. Et cette année on a voulu élargir à des espaces, par exemple les parcs et jardins, l’an dernier on n’avait pas du tout été dans les parcs et jardins et donc là on a voulu savoir combien est-ce qu’il y avait des personnes dans les parcs et jardins. Également, il y a des endroits, des petits bois, ou des espaces au bord de ce que nous nous appelons le périphérique où il y a des personnes que l’on ne peut pas voir comme ça au premier abord et qui sont à la rue.

N’Diaye: Quel était le rôle des citoyens, des bénévoles dans le dénombrement?

Versini: Ah ben le rôle des citoyens, des parisiens et des parisiennes bénévoles était très important pour le décompte. On les appelle les volontaires de la solidarité. Quand on a lancé l’appel à avoir des bénévoles pour la nuit de la solidarité il y a environ deux mille personnes qui ont répondu. A la fois des bénévoles parisiens, qui sont des parisiens, voilà, des habitants simplement. Et puis 400 professionnels qui sont des parisiens mais qui sont des professionnels du secteur social.

Et ce qui est très important c’est que ces parisiens ils ont participé dans les équipes autour du professionnel du social à aller au-devant des personnes sans abri dans les rues de Paris à les compter, à remplir des questionnaires. Et c’est très important parce que ça permet aux parisiens de mieux connaitre les personnes qui sont dans les rues de Paris. Ça permet aussi d’analyser la situation de ces personnes. Et ça permet également de former les bénévoles parisiens. On les a tous formés avant de partir pour la ‘Nuit de la solidarité’.

N’Diaye: 2.000 habitants parisiens c’est beaucoup de gens. Est-ce que vous êtes surprise par ça?

Versini: Ah oui ça. La première année c’était une belle surprise que de savoir qu’il y avait autant de gens qui voulaient faire la ‘Nuit de la solidarité’. Et puis la deuxième année il y en avait encore pouvait pas prendre trop de gens pour aller vers les sans-abris. Mais il y avait encore bien plus de gens qui étaient prêts à venir. Mais pour cela on a organisé avec les associations des activités solidaires dans des centres d’hébergement pour les sans-abris. Et ils ont ainsi pu rencontrer des personnes sans-abri hébergées dans les centres, des professionnels du social. Et donc les bénévoles qui auraient voulu venir faire la nuit dans la rue ont pu la faire dans les centres d’hébergement et mieux comprendre la vie le parcours des sans-abri.

N’Diaye: Et quelle était la réaction des bénévoles après la nuit de la solidarité?

Versini: Ah ben les bénévoles après la nuit de la solidarité ils ont pris d’abord cette mission très au sérieux. Et ils ont demandé à ce qu’on les forme pour pouvoir s’engager comme volontaires auprès des personnes sans-abris. Et c’est pourquoi nous avons lancé des formations pour les bénévoles dans un lieu qui s’appelle ‘La fabrique de la solidarité’. Et nous avons mis en place des formations pour leur permettre dans leurs vies quotidiennes de rencontrer des sans-abris, de pouvoir les aider, les orienter et de savoir comment s’y prendre, quels mots employer, et quelles solutions leur proposer.

GAEL ROGEAUX PARLE À JEAN-LOUIS

N’Diaye: Et la fabrique de la solidarité ça vous montre quelque chose sur la communauté parisienne?

Versini: Ah oui. ‘La fabrique de la solidarité’ c’est vraiment un marqueur de la communauté parisienne. Les parisiens sont très solidaires. Ils aiment s’engager dans des causes sociales. A Paris nous avons une population qui a une grande diversité de gens venus de partout, de toutes origines, de toutes âges. Et il y a une grande solidarité avec les personnes en situation de rue. Que ce soit des ‘Sans Domiciles Fixes’ ou que ce soit des migrants. Parce que nous avons beaucoup de migrants à Paris.

N’Diaye: Et je veux parler maintenant sur la méthodologie et aussi des données. Comment est-ce que vous enseignez les bénévoles de recueillir les données correctement?

Versini: Oui alors les bénévoles donc ont une formation qui est très complète où on les prépare à ‘La nuit de la solidarité’, on leur explique qui sont les personnes de la rue. On leur présente le questionnaire. On leur explique tout ce qu’il y a dans le questionnaire. On leur explique comment, voilà, l’importance de poser des questions, la façon de les poser, et ils font ça de façon très très sérieuse.

N’Diaye: C’est le même jour de la nuit de la solidarité?

Versini: Il y a plusieurs choses. Il y a des personnes qui ont été, des bénévoles qui ont été formés par la ‘Fabrique Solidaire’. Par exemple une semaine avant ‘La nuit de la solidarité’. Il y a les professionnels qui eux ont été formés quelques jours avant. Parce que ce n’est pas la même responsabilité d’être chef d’équipe et d’être simplement bénévole accompagnant le chef d’équipe. Et puis les bénévoles parisiens ont été formés le même jour avant que les équipes partent dans la nuit dans les rues de Paris.

N’Diaye: D’accord. Et qu’est-ce que les données indiquent sur le sans-abrisme à Paris?

Versini : Ben les données elles nous indiquent beaucoup de choses sur le ‘Sans-abrisme’ à Paris. D’abord il faut savoir que tout au long de l’année il y a 21.500 places à Paris. Ouvert de façon permanente pour 21.500 personnes hommes ou femmes. Et qu’elles sont toutes occupées. Que le soir de la nuit de la solidarité il y avait plus de places parce que c’était l’hiver et que nous avions ouvert plus de places. Donc c’était 24.450 à peu près de places. Et que malgré tout nous avons trouvé 3.622 personnes rencontrées, décomptées. Alors l’an dernier c’était. A peu près 3.000 personnes. Donc ça fait 600 personnes de plus. Mais il faut savoir que par rapport à l’an dernier nous avions ouvert avec l’état 2.500 places de plus. Donc quand je vous dis qu’il y a 3.622 personnes la nuit du 7 février à Paris, si on veut comparer avec l’années précédente, en réalité le chiffre est resté à peu près le même, parce qu’on a ouvert 2.500 places de plus.

N’Diaye: Comment la ville de Paris utilise ces données pour cette année?

Versini: Alors, d’abord on a utilisé ces données, cette méthode du décompte pour mieux orienter nos politiques publiques. Ainsi, ce qu’a montré la première ‘Nuit de la solidarité’ en 2018, c’est qu’il y avait beaucoup de femmes. Une augmentation importante des femmes à la rue. 12% des femmes étaient à la rue. Et que ces femmes ne voulaient pas aller dans les centres d’hébergement classiques, qui sont des centres mixtes hommes, femmes. Elles veulent avoir des lieux qui leurs sont consacrés pour elles toutes seules.

Et donc ça nous a amené à ouvrir plusieurs centres d’hébergement pour les femmes en situation de rue. De même les femmes ont demandé pour se laver par exemple à Paris il y a des bains douches, des lieux où on peut se laver donc dans presque tous les arrondissements. Mais ce sont des lieux mixtes. Enfin il y a une partie hommes et une partie femmes. Et les femmes ne veulent pas y aller. Donc à partir du mois de mars nous ouvrirons un lieu d’hygiène pour les femmes où elles pourront se laver, avoir des soins esthétiques, avoir des massages par un kinésithérapeute dans un centre qui sera réservé que pour les femmes.

N’Diaye: Alors les haltes de nuit c’est la première fois que ça existe en Paris ou non?

Versini: Oui je voulais dire aussi que nous avions ouvert des haltes de nuit. Parce qu’on s’est aperçu que dans chaque quartier il y a des personnes qui sont absolument sédentarisées dans le quartier. Et que si on leur propose un centre d’hébergement à l’autre bout de Paris elles ne veulent pas y aller. Et donc on a ouvert des lieux de répit, neuf lieux de répit. C’est-à-dire un lieu où la personne sans-abri peut venir se poser, se reposer. Ce n’est pas un centre d’hébergement mais c’est un lieu où il peut se poser, reposer, prendre un bol de soupe, un café, et repartir le matin. Oui c’est la première fois que l’on crée des haltes de nuit, oui. Parce que c’est un lieu de répit. C’est un lieu où on vient que pour la nuit. Et on peut passer n’importe quand dans la nuit. On n’est pas obligé de dormir. On peut aussi se mettre dans un fauteuil et se reposer.

N’Diaye: Et je veux parler juste du changement dans la méthodologie. Est-ce qu’il y a d’autres choses qui ont changé dans la méthodologie?

Versini: Non il n’y a pas eu de changement dans la méthodologie. On a simplement rajouté des secteurs nouveaux. On a un peu raccourci le questionnaire, parce qu’il s’était avéré trop long. Donc voilà, c’est le même questionnaire mais qui a été plus réduit. Et nous avons toujours le même conseil scientifique. C’est-à-dire avec des chercheurs etc. qui peuvent nous permettre d’analyser la population rencontrée. Et de faire des comparaisons entre 2018 et 2019. Et ils sont actuellement en train de travailler sur ça.

N’Diaye: Et le comité scientifique. Ça c’est pour chaque année ou c’est juste pour la première rencontre?

Versini: Non, le comité scientifique c’est pour tous les ans. Après, au moment de chaque ‘Nuit de la solidarité’ nous avons le conseil scientifique qui aide à mettre la méthodologie, à préparer la méthodologie, à regarder si les questionnaires vont, etc. Et ensuite, ils travaillent sur l’analyse des chiffres pour comprendre combien de jeunes, est-ce que les gens rencontrés ont un suivi social, est-ce qu’ils ont des problèmes de santé, est-ce qu’ils sont âgés, est-ce que ce sont des femmes, est-ce qu’il y a des familles, est-ce qu’ils ont des chiens, voilà. Ils font vraiment une analyse qui est très intéressante.

Parce que ça a permis de montrer l’an dernier qu’il y avait vraiment des quartiers de Paris où il y a une population, par exemple, plutôt très jeune. Qu’il y a aussi des quartiers où il y a des personnes à Paris de longues dates, voilà. Qu’il y a des quartiers où il y a des gens qui utilisent vraiment les services sociaux et les services de santé, voilà. Donc c’est très intéressant parce que ça nous montre vraiment qu’il y a des personnes très différentes suivant les arrondissements.

N’Diaye: Pour vous qu’est-ce que l’avenir des décomptes et aussi de la fabrique de la solidarité?

Versini: Alors ‘La nuit de la solidarité’ d’abord, donc là nous allons bientôt avoir l’analyse qualitative des questionnaires. Et à partir de là, la maire de Paris prendra des engagements. Puisque pour nous c’est un outil de pilotage de notre politique publique en direction des personnes sans-abris. Ensuite, nous avons, il y a d’autres villes en France qui ont réalisé ‘La nuit de la solidarité’. L’an dernier la ville de Metz. Cette année il y a eu la ville de Grenoble. Cette semaine il y a la ville de Rennes en Bretagne. Et je vais aller participer à la nuit de la solidarité de Rennes.

Et il y a d’autres villes qui sont intéressées. Mais ce qu’on voudrait l’année prochaine, c’est faire une ‘Nuit de la solidarité’ Européenne ou internationale avec des grandes villes qui comme nous se posent des questions sur la meilleure façon de connaitre les personnes à la rue. La meilleure façon de préparer les politiques publiques en direction de ces personnes.

N’Diaye: Merci pour ça. L’avenir de la fabrique de la solidarité?

Versini: Ah ben l’avenir de la Fabrique de la solidarité et ben j’espère qu’elle aura un bel avenir parce que c’est le lieu qui permet d’accueillir tous les bénévoles, les volontaires de la solidarité. De les informer. De leur permettre aussi de, parce que les parisiens, comme tous les habitants, je pense, partout, ont des idées pour aider les personnes qui vivent dans la rue dans leur quartier. Et notre objectif c’est de permettre, d’accompagner les parisiens à réaliser leurs projets pour les sans-abris.

Aussi, la fabrique de la solidarité, ça va être un lieu très fort autour de la culture. Parce que la culture c’est très important pour les personnes de la rue. Et ça va être un lieu de la culture pour les sans-abris, avec les sans-abris, autour des sans-abris. On va réfléchir, continuer à travailler et améliorer notre politique en direction des personnes sans-abris.

N’Diaye: Merci Madame Versini pour prendre le temps aujourd’hui. Si vous avez quelque chose que vous voulez parler ça, maintenant c’est bon temps.

Versini: Merci beaucoup. A bientôt. Merci à toute l’équipe de Bloomberg.

N’Diaye: J’espère que vous avez profité avec cette émission de Suivez des Données. Je vous remercie à maire adjoint Dominique Versini pour nous joindre aujourd’hui.

Si vous n’avez déjà fait ça, assurez-vous de souscrire de podcast Suivez des Données. Cette émission est produite par Mariama N’Diaye, Electra Colevas, Tamiru Mammo, Gaël Rougeaux, et Emily Mayrath. Je vous aussi remercie Reginald Bazile.